Tristan Popescu


Éveillés

"Chaque soirée est un peu pareille, avec les mêmes rituels répétés tous les week-end: je me serre un premier verre, je déclenche les premières expositions. Et tout suit son cours, les cigarettes, les shots, d’autres choses encore, puis les baisers. Le jeu consiste à surprendre au plus près, presque agressivement, dans ces moments d’excès, de grâce ou de provocation. Au fur et à mesure de la nuit, les attitudes se font plus maladroites mais plus détendues. Et je rentre, à chaque heure, à chaque verre, un peu plus dans l’intimité de ceux qui m’entourent. Jusqu’à saisir en eux, de tout près, ce qu’ils sont dans ces moments violents mais d’une liberté absolue. Et enfin tout rentre dans l’ordre avec le soleil qui se lève; on a presque tout oublié. Mais les photographies resteront pour témoigner de nos actes, de nos gestes, de nos rêves qui, dans l’insomnie, se sont éveillés."